SPA D'ARMOR

Ce forum est destiné à vous faire connaître nos animaux en attente d'une famille
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
BONNE ANNEE A TOUS POUR 2014!!
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Sujets similaires
Derniers sujets
» THALIA
Mer 2 Nov - 9:22 par Sauterelle

» RIRI
Mer 7 Sep - 8:00 par Sauterelle

» Forum dédié aux vieux loulous
Ven 1 Avr - 16:42 par Tinavanni

» CUBITUS
Lun 13 Juil - 17:01 par Sauterelle

» GAMINE : petite loulou
Dim 20 Juil - 17:11 par Sauterelle

» NALA
Lun 3 Fév - 7:28 par cécile D

» UKY
Mar 7 Jan - 15:28 par cécile D

» Mi-Nuée/Bijoux
Mar 7 Jan - 15:28 par cécile D

» Ulysse
Mar 7 Jan - 15:27 par cécile D

Forum

Partagez | 
 

 Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LoupSeintelie

avatar

Nombre de messages : 44
Age : 69
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.   Lun 4 Avr - 9:10

Arsène

Je me présente, je m’appelle Arsène
Je suis croisé Husky-Beauceron,
Un vrai bâtard aux yeux vairons.
Je n’ai pas toujours eu une vie saine.
Je vous raconte cette triste vie :
Celle que j’ai depuis tout petit.

J’ai en moi tellement d’amour
A distiller de longs jours.
J’aimerai tant courir dans ton jardin,
Que tes yeux tombent sur moi chaque matin,
Répondre à ton amour
Jusqu’à la fin du jour.

Chaque fois que tu me caresse
C’est toi que j’inonde de tendresse.
Encore un rêve que je fais souvent
Mais je me réveille, en plein tourment.

J’aime tout le monde, les gens,
J’aime aussi les enfants.
Je voudrais une belle famille
Qui serais, avec moi, gentille.
Une maîtresse, un maître à aimer.
Un maître, une maîtresse à choyer.

Toi qui passe devant mes barreaux,
Glisse ta main pour me caresser !
Je te lèche : je te trouve beau.
Mais tu t’éloignes, je suis idiot,
Je croyais que tu allais m’adopter,
Me sortir de là pour me cajoler
Mais il n’en est rien et je reste.
Suis-je maudit ? Ai-je la peste ?

Dans ce box, je vais et viens, je tourne en rond.
Dix ans de refuge, croyez-moi, c’est long.
Combien de kilomètres ai-je ainsi parcourus ?
Je ne saurais vous le dire, je n’en puis plus.

L’homme, que j’aime tant,
Me dit souvent : « Attends »
Je ne crois plus en l’humain
Qui me dit : « C’est pour demain »

Après avoir, peut-être, un peu trop grossi,
Il semble que maintenant j’ai trop maigri.
Ces derniers temps je me sens fatigué,
Je suis vanné, vidé, n’ai plus le feu sacré.
En moi le désespoir s’installe,
S’infiltre de manière létale.

J’ai trop attendu
Et je ne tiens plus.
Je désespère et perds courage,
Ainsi enfermé dans ma cage.

Du refuge, je suis le sénior,
Je rejoindrais bientôt Junior.
Je le sais, je le sens :
Juste une question de temps.

Puis un jour on me fait fête :
Un bon cœur pour moi a craqué.
Dans mon être c’est la tempête,
Enfin le bonheur assuré.
Plus de détresse :
Une bonne maîtresse.

C’est avec la bonne Camilloute
Que je vais prendre une autre route.
Dans MA maison je vais bientôt partir,
Au refuge ne plus jamais revenir.
Ce n’est pas que je n’y suis pas bien
Mais ce n’est pas une vie pour un chien,
Enfermé du soir au matin,
Des murs gris, mais de bons copains.
De rares sorties pour courir un peu,
Avec les Deux-Pattes faire quelques jeux.

Je me présente, je m’appelle Arsène
Je suis croisé Husky-Beauceron,
Un beau bâtard aux yeux vairons.
Je n’ai pas toujours eu une vie pleine.
Je vous raconte cette belle vie,
Celle que j’ai depuis ces jours-ci.
. . .
. . .

Il s’appelait Arsène,
Croisé Husky-Beauceron,
Beau clébard aux yeux vairons.
Il a quitté la scène.

Trop tôt parti
Vers l’infini.
Mais aimé,
Regretté.


Henri Cossini Le Niétrec
Octobre 2009



G R I B O U I L L E

Quand son maître est décédé
La famille ne l’a pas gardée.
C’est en deux mille dix, mi-février
Qu’elle nous est venue, toute contrariée.
Du refuge, sommes allé la chercher,
C’est craintive qu’elle est arrivée.

La belle ne fait pas son âge
Sa belle robe l’avantage.
Elle a quinze ans la Gribouillette
Et elle est très gentillette.

Dans un coin du box, cachée :
Montre peu le bout du nez.
Tourne et tourne avant de se coucher,
S’allonge, pleure son bon ami aimé.

La toute frêle Gribouille
A vraiment une bonne bouille.
Elle a connu un bon maître,
Mais le refuge va connaître.

Et la pauvre bestiole
En quelques jours s’étiole.
On lit l’absence dans son regard,
Pour elle il est déjà bien tard.

En cuisine arrive rapidement
Pour, un peu, atténuer son tourment.
Puis, petit à petit,
Elle retrouve l’appétit
Et voilà que la Gribouille,
Du bon gîte, aime la tambouille.

Enfin, accepte les caresses
Quand s’éloigne la tristesse.

Mais inexorable le temps passe
Qui endommage la très vieille carcasse.
Pauvre petit corps décharné
Par le trop lourd poids des années.

Avec le temps la langueur s’éloigne,
Avec amour, ici, on la soigne

Puis arrive les difficultés :
Malaisé de se déplacer,
Dur, dur de se lever,
De sortir de son panier.
Trop pénible de trotter.
Encore un pas, le dernier ?

Mais encore appelle :
Elle veut sa gamelle.
Puis son doux regard s’éloigne,
« Maître, vite, que je te rejoigne … »

En deux mille onze, le sept janvier
Elle est encore dans son panier.
Elle est partie dans son sommeil.
Elle ne verra plus le soleil.
Elle ne se réveillera pas,
Elle ne se réveillera plus
Même pour un très bon repas,
Même pour un peu de surplus.

Gribouille, belle et bonne,
Voilà que l’heure sonne.

L’Ombre Noire est passée …
Ton bon maître retrouvé.

C’est toujours un déchirement
Lorsqu’un si bon chien nous quitte.
Jamais n’est le bon moment :
A chaque fois il part trop vite.

Son départ me griffe le cœur
Envers la mort j’ai rancœur …



Henri Cossini Le Niétrec
Mars 2011

De tous ceux qui arrivent au refuge c’est ceux qui viennent pour y finir leur vie qui me chagrine le plus. Ceux qui ont connu le bonheur, un bon maître…


J U N I O R

Le grand chien bai
S’en est allé.
Le beau Junior
Est maintenant mort.

Au Parc Saint-Pierre
Etait hier,
De face ou de dos :
De bien belles photos.

Lorsque mon blanc Jimmyck,
Grand husky magnifique,
D’un troisième A.V.C.
Nous a laissé, quitté,
Parti pour la Blanche Plaine
Nous laissant dans une vraie peine,
Junior étais bien inscrit :
Sur ma liste, son nom écrit,
Avec d’autres bons chiens.
De ceux que j’avais noté
Junior était préféré.

Mais c’est Snake qui fut choisi
Et qui vite m’aima bien.
Car sans chien a bien choyer
Longtemps ne serais resté.

Il n’a jamais manqué de caresses,
Dispensées, avec bonne tendresse,
Par ces dames et demoiselles
Qui ont dans le dos des ailes,
Car pour nos amies les bêtes
Ce sont certainement des anges.
Ce que je dis vous embête
Je sais que cela dérange.
Demande-donc à ce Quatre-Pattes :
C’est sur que sa réponse t’épate !

De bonne maison il n’a point connu,
De bons maîtres il n’a jamais eu.
C'est ce que l'on pourrait croire
Mais pour la petite histoire
Il a trouvé sa maîtresse
Qui devant une telle détresse
Son cœur, a laissé parler.
Et Junior est adopté.

Mais au refuge restera
Car les travaux n’en finissent pas
C’est près de ses compagnons
Et non dans sa vraie maison
Que son cœur s’arrêtera,
Que Junior partira.

A lui va ma pensée.
Sans honte mon cœur le pleure.
La nuit vient à tomber :
Son souvenir m’effleure.

Le grand chien bai
S’en est allé.
Le beau Junior
Est maintenant mort.

Aimé.


Henri Cossini Le Niétrec
Août 2009



MALCOM

Je suis arrivé en 2008
De façon tout à fait fortuite,
C’était le cinq septembre,
J’avais encore tous mes membres.

Je suis un croisé Beauceron
Et je m’appelle Malcom.
Grand, costaud, peut-être un peu rond :
Suis un sacré bonhomme.

La belle Samba m’accompagne,
Après la ville, la campagne.
C’est ma petite sœur et je l’aime,
Sincèrement, sans stratagème.

Notre maître gravement malade,
Forcé de nous mettre en fourrière
Nous laissant dans la panade.
Chiens choyés : fini la carrière.

Pour elle j’ai bon espoir,
Pour moi il est très tard.
Chacun dans son dortoir.
Je suis un vieux bâtard.

Treize ans c’est âgé, ou tout comme.
Voilà pour mon curriculum :
Je suis un gourmand, un peu jaloux,
Dingue de caresses, un peu foufou.
J’aime les gros câlins, la gentillesse
Que l’on s’occupe de moi : de la tendresse.

Bien que je sois un molosse
Je ne suis pas un féroce.
Malgré ma corpulence
Je suis toujours très vif
Et même sans violence
Sais être persuasif.

Je suis un chien gentil
Qui déteste rester seul,
Même que petit à petit
J’essaye de fermer ma gueule.

En balade, lors de mes sorties,
Je me régale de pissenlits.
Certains trouvent çà curieux,
Pour moi c’est délicieux.

Un jour ma chère Samba s’en est allée,
Comme d’autres avant elle, a été placée
Je suis triste de les voir partir,
Pas moi !
Je suis triste parce que je ne les verrais plus.
Je suis triste de les voir revenir,
Vers moi !
Je suis triste parce que certains sont revenus.

Et ceux qui sont revenus,
Car les gens n’en veulent plus,
Cela me fend le cœur de voir leur détresse
Les voir perdre l’étincelle de joie, de vie.
A leur retour et malgré moult caresses,
Sombrer dans une profonde mélancolie.



Malcom a bien été adopté
Mais le refuge a vite réintégré,
Il avait trop de difficultés
A grimper tous ces longs escaliers.

Et c’est en deux mille neuf,
Au cours du mois de mai,
Que soufflant comme un bœuf
Est figé à jamais.

Malgré l’adversité
Il n’a point de rancœur,
Il a toujours gardé
Toute sa bonne humeur.

Il est devenu une mascotte
Ce bon chien qui n’a plus la côte.
Ce corps malade qu’il traîne pourtant.
De l’énergie : c’est un battant.

Puis il nous a quittés,
A fait un A.V.C.
Le premier février
Est sorti, le guerrier.

Tu n’es pas parti seul :
Nous étions tous là.
Tu n’es pas parti seul :
Sois heureux là-bas.

Une grande place est déserte désormais.
Je songe aux papouilles que tu réclamais,
Aux bonnes léchouilles que tu dispensais,
Toute la bonté qui de toi émanait.

Je crains le vide immense
Qu’engendre cette absence,
Quitte cette terre ingrate,
Toi notre doux pirate.

Dans la cuisine il va manquer quelqu’un.
Ce corps trop lourd se relâche aujourd’hui.
Vers les amis tu seras introduit.
Alors je dis : comme il est beau ce chien …
LIBRE.

Henri Cossini Le Niétrec
Février 2010
Revenir en haut Aller en bas
Sauterelle

avatar

Nombre de messages : 2989
Age : 72
Date d'inscription : 18/04/2009

MessageSujet: Re: Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.   Lun 4 Avr - 15:14

de beaux hommages...

pauvre junior.... qui n'a pas connu une vie de famille avant de s'en aller définitivement nuage pluvieux
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/home.php?#/profile.php?id=586217219&
cécile D
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 3090
Age : 41
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.   Lun 4 Avr - 19:58

Les hommages sont très beaux et quand on a connu les chiens ça prend encore une autre dimension... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
LoupSeintelie

avatar

Nombre de messages : 44
Age : 69
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.   Sam 9 Avr - 22:38

J'ai voulu rendre un hommage à ce pauvre Braque Allemand martyrisé par son maître.
Il s'appelait Black & a vécu l'enfer.
C'est un résumé, en vers, de son calvaire.
A copier & faire circuler pour que chacun prenne conscience.
Un animal c'est aussi une vie.

BLACK le MARTYR

C’était un beau chien de chasse
Qu’une haine féroce pourchasse.
Plutôt que de s’en démettre,
Parce qu’il n’a pas de nez,
Par son ignoble maître
Se trouve emprisonné.

Pas un jour de bonheur,
Avec ce nouveau maître,
Mais rien que du malheur.
Que pensent ses ancêtres ?

Comme il n’avait pas de flair,
Se transforme en tortionnaire.
Dès lors pour le punir,
L’encage sans avenir
Dans ce sombre appentis,
Trop petit cagibi.

Il restera trois ans
Enfermé là-dedans.
Une fente dans une lucarne
Laisse passer quelques déchets,
Nourriture : mauvaise carne.
De quoi, juste, subsister.

Quelle terrible torture
Que vivre dans les ordures,
Les odeurs pestilentielles.
« J’aperçois un coin de ciel »

Massacré par un être infâme,
Torturé par un être sans âme.
« Ai-je donc fais quelque chose de mal,
Moi, qui ne suis qu’un animal ? »

« J’aimerais voir la Nature
Je voudrais voir la verdure ! »
« Oh ! Mon maître, fais-moi sortir,
Oh ! Mon maître, fais-moi courir ! »
« Laisse-moi partir,
M’laisse pas mourir »

Quelle incroyable souffrance,
Que, de soif, mourir,
Se sentir pourrir
En ce joli coin de France.

Tant de cruelle rancœur
Emane de l’être sans cœur.
N’a connu que trahison
Commis par l’humain félon.

Et pour son malheur,
Comme les gens ont peur,
Dix longs jours d’agonie
Avant que cesse la vie.

Pas besoin d’être un croyant
Pour se cacher sous une toile :
Demandez à l’habitant
Du p’tit village de Ponthoile.

Il hurle son désespoir :
Longtemps crie dans le noir.
Sans amour, point d’espoir,
Sa vie : au laminoir.

Gênés par tant de bruit :
« Il braille toutes les nuits »
Les riverains ulcérés
Vont, enfin, téléphoner.
Appellent la gendarmerie,
Ameutent la cavalerie.

Elle arrive au petit matin …
Mais c’est trop tard pour le mâtin.

C’était un beau Braque,
Qui s’appelait Black.
C’était un pauvre martyr
Qui ne voulait pas périr.

Là-haut, il est une nouvelle étoile.
Que jamais l’oubli ne jette son voile.


Henri Cossini Le Niétrec
Mars/avril 2011
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hommages à Arsène, Gribouille, Junior & Malcom.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 58 - JUNIOR korthal REFUGE DE ST JEAN
» Crystal Junior sera adaptee officiellement le 4 juillet
» Nouvelle et adorant les huskys :p
» Junior, beauceron, né 15/01/2010, Tabanac (33)
» Gribouille au troupeau chez Philippe Heintz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SPA D'ARMOR  :: Nos disparus :: Hommages-
Sauter vers: